Des chiffres

  • 1,7 et 4 % : c’est les fourchettes d’estimation de la population intersexe. Source : « Internet et l’émergence du mouvement intersexe : Une expérience singulière » par Lucie Gosselin.
    Le chiffre le plus couramment avancé est de 1,7 % des naissances, qui vient de Blackless M, Charuvastra A, Derryck A, Fausto-Sterling A, Lauzanne K, Lee E. « How sexually dimorphic are we? Review and synthesis ». Am J Human Biol, 2000.
  • Selon une série d’études allemandes, 96 % des intersexes ont reçu un traitement hormonal, 64% ont subi une gonadectomie, 38 % une réduction de ce que les médecins avaient déterminé comme « un clitoris trop long », 33 % des opérations vaginales et 13 % une correction de leurs voies urinaires. Source : Droits de l’homme et personnes intersexes par le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe.
  • 80% à 85% des vaginoplasties pratiquées dans la petite enfance donnent des sténoses vaginales (rétrécissements); 78.5% ayant besoin d’être réopérées. Source : Corps en tous genre –La dualité des sexes à l’épreuve de la science, Anne Fausto-Sterling
  • 30 à 80% des intersexes subissent plus d’une opération. Il n’est pas rare de voir un·e enfant endurer trois à cinq de ces procédures. Source : Corps en tous genre –La dualité des sexes à l’épreuve de la science, Anne Fausto-Sterling
  • 88 % des grossesses lors desquelles une variation 47,XXY est repérée par les médecins sont interrompues. Cela pose la question sur l’annonce faite aux parents, les termes pathologisants utilisés et l’absence de discours alternatifs tenu par des intersexes aux parents à venir. Source : Droits de l’homme et personnes intersexes par le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe.
  • 2 fois plus de comportements d’automutilation et de tendances suicidaires chez les adultes dits « DSD » que dans le reste de la population. Les taux sont comparables à ceux du groupe des femmes traumatisées ayant subi des abus physiques ou sexuels. Source : Droits de l’homme et personnes intersexes par le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe.
  • 9 mois : âge à la mutilation chez beaucoup d’intersexes aujourd’hui en France. Source : Enquête ethnographique sur une prise en charge hormono-chirurgicale de nouveau-né-e-s intersexué-e-s dans une grande ville de France, Constance Lasaygues
  • 2 000 primo-interventions par an à l’hôpital Necker. Source : Comptes-rendus de la délégation aux droits de femmes du Sénat – Les enfants à identité sexuelle indéterminée – Table ronde – Jeudi 12 mai 2016 – Mathieu Le Mentec.
  • Selon l’étude Santé LGBTI, une majorité relative de personnes intersexes disent s’être senti.e.s « plutôt pas bien » ou « pas bien » dès la primaire. C’est la seule catégorie de l’étude qui présente cette situation. Les personnes intersexes répondent s’être senti.e.s « plutôt pas bien » ou « pas bien » à 81,8% au collège et à 84,9% au lycée (contre respectivement 71,7% et 56,5% pour l’ensemble de la population LGBTI répondante). Aucune personne intersexe répondante n’avait alors parlé de ses problèmes à un.e adulte (famille, équipe pédagogique, médecins), mais seulement à des (petit.e.s) ami.e.s ou à des connaissances sur des réseaux sociaux..
  • Entre un tiers et 40% des personnes intersexes seraient trans (ne s’identifiant pas au sexe auxquelles elles ont été assignées à la naissance). Source : Droits de l’homme et personnes intersexes par le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, et Intersex stories and statistics from Australia, Morgan Carpenter

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s